«

»

Substituts nicotiniques

 ILLUSTRATION : lutte anti-tabac / interdiction de fumer

Le patch

C’est un timbre qui diffuse de la nicotine lentement en passant par la peau.

Il peut provoquer des intolérances cutanées à l’endroit où il est collé.

Il faut alors changer de patch ou changer de substitut.

Si les réactions persistent, préférez d’autres substituts comme les gommes ou les comprimés.

Il faut tout de même savoir que les patchs provoquent souvent des picotements de la peau qui ne sont pas une allergie mais juste une réaction de la peau au poison délivré par le patch.

Le patch est-il dangereux ?

Il n’est pas plus dangereux qu’une cigarette mais peut devenir dangereux si le fumeur continue de fumer alors qu’il utilise le patch. Le risque de surdosage est alors décuplé et mieux vaut se passer de ce substitut (qui n’en est plus un lorsque l’on continue à fumer).

Le fait d’enlever le patch pour fumer ne sert à rien car il diffuse la nicotine lentement et régulièrement tout au long de la journée contrairement à la cigarette qui diffuse la nicotine très rapidement.

patch

Les chewing-gums à la nicotine

Ils permettent d’éviter de prendre du poids après l’arrêt car ils peuvent remplacer le grignotage et calmer lors d’une situation de stress.

Les comprimés nicotiniques

Il existe des comprimés à sucer ou à dissoudre.

Ils peuvent avoir des effets indésirables et ils doivent être dosés correctement.

C’est la raison pour laquelle vous devez demander conseil à votre médecin ou à votre pharmacien si vous désirez utiliser ce genre de substitut pour vous aider à arrêter.

L’inhalateur nicotinique

Tout comme les comprimés, vous devez impérativement demander conseil à votre médecin ou à votre pharmacien si vous désirez utiliser ce genre de substitut.

Continuer à fumer vous expose à des risques importants de surdosage et des symptômes graves.

Comment fonctionnent les substituts ?

Les substituts nicotiniques diffusent la même molécule de nicotine que la cigarette d’une manière différente dans le corps.

Lorsqu’un fumeur inhale la fumée de cigarette, la nicotine entre très rapidement dans le corps par le système artériel pulmonaire et arrive au cerveau en quelques secondes.

Dans le cas des substituts nicotiniques, la nicotine se diffuse très lentement par la voie veineuse en passant par la peau pour les patchs et par la muqueuse buccale pour les chewing-gums, les comprimés et les inhalateurs.

Comment reconnaître un surdosage ?

Les symptômes de surdosage sont :

  • diarrhée
  • nausées
  • céphalées
  • bouche pâteuse
  • insomnie
  • impression d’avoir trop fumé

Les substituts sont-ils efficaces ?

Ces traitements ont fait l’objet de très nombreuses recherches.

Ils peuvent aider à éviter les symptômes physiques de manque (extrêmement minimes) et peuvent aider à minimiser la peur du manque.

Le vrai manque étant mental, les substituts ne sont absolument pas suffisants et doivent être accompagnés d’une grande motivation et d’aide psychologique comme l’hypnose, les groupes de soutien ou des astuces et conseils pertinents (que vous trouverez dans le livre SAFE).

substituts1

Le bupropion (Zyban)

Le chlorhydrate de bupropion (ou Zyban) est à l’origine un anti-dépresseur qui est devenu un substitut nicotinique après que l’on se soit aperçu qu’il enlevait l’envie de fumer et réduisait le plaisir du fumeur. Il a des effets secondaires très importants et doit impérativement être prescrit par un médecin.

La varénicline (Champix)

La varénicline est une molécule qui agit sur le cerveau via des récepteurs nicotiniques. Elle a de nombreux effets indésirables et c’est la raison pour laquelle, tout comme le bupropion, elle n’est disponible que sur prescription du médecin.

L’homéopathie

Elle agit sur les symptômes du manque physique et psychique lors de l’arrêt du tabac. Il est recommandé de demander conseil à un médecin homéopathique.

Les avantages du traitement homéopathique est qu’il est facile à suivre, qu’il est peu onéreux (il peut même être remboursé par la sécurité sociale) et surtout qu’il n’a pas d’effets secondaires.

Voici le traitement type pour l’arrêt du tabac.

  • NUX VOMICA 5CH : favorise l’élimination des toxines
  • ARGENTICUM NITRICUM 9CH : aide au déconditionnement et évite le grignotage
  • CALADIUM 5CH : soulage des troubles liés au sevrage tabagique
  • LOBELIA INFLATA 5CH : dégoûte du tabac et aide à la désaccoutumance
  • GELSEMIUM 9CH : apaise la nervosité et évite les sautes d’humeur

 substituts2

La cigarette électronique (e-cigarette)

La cigarette électronique (ou e-cigarette) est un dispositif qui génère un aérosol qui sera inhalé.

La fumée artificielle ou plutôt la vapeur qu’elle produit ressemble à la fumée de cigarette.

La vapeur est aromatisée et contient ou non de la nicotine.

La vapeur de cigarette électronique ne sens pas la fumée et contiendrait des quantités de substances toxiques et cancérigènes plus faibles que la fumée de cigarette.

Pour l’instant, elle est considérée comme moins nocive que le tabac et est en vente libre comme substitut nicotinique ou aide au sevrage tabagique.